Nos étudiants et bénévoles

Nos étudiants
Guenievre_edited_edited.jpg
Guenièvre Sandré Côté-Paquet

Guenièvre Sandré Côté-Paquet est une étudiante de 2e année au baccalauréat en criminologie de l'Université de Montréal. Au cours de sa formation académique, Guenièvre s’est découvert un intérêt marqué pour la victimologie et la relation d’aide. Ainsi, parallèlement à la Clinique juridique pour les victimes d’actes criminels, Guenièvre s’implique aussi à titre de bénévole au sein de la Clinique de cybercriminologie qui a pour mission de mobiliser des étudiants passionnés afin de soutenir et d’outiller les personnes victimes de cybercriminalité. 

Rosemarie.jpg
Rosemarie Harvey

Rosemarie Harvey est étudiante de dernière année dans le baccalauréat en criminologie et travaille depuis 2 années comme agente de libération conditionnelle étudiante pour le Service Correctionnel du Canada. Dans le cadre de son travail auprès de délinquants hommes et femmes adultes, elle s’intéresse particulièrement à la délinquance sexuelle ainsi qu’aux parcours de vie ayant mené à l’incarcération. Rosemarie s’implique également auprès de la Fondation Marie-Vincent à titre d’assistante de recherche et souhaite se spécialiser dans l’intervention auprès de victimes d’agressions sexuelles, tant à l’âge adulte qu’à l’enfance. Ce sont d’ailleurs ces champs d’intérêts marqués qui l’ont mené à s’impliquer auprès des victimes, dans le cadre de la Clinique comme dans son parcours professionnel et académique.

IMG_1919_edited_edited.jpg

Marie de Santis est une étudiante en troisième année du baccalauréat en droit de l'Université de Montréal. Elle s'intéresse tout particulièrement au droit criminel et pénal, et compte se spécialiser dans ce domaine lors de ses études aux cycles supérieures. Elle apprécie tout particulièrement la dimension humaine de son travail au sein de la Clinique, ce qui fait écho à ses autres implications, notamment au niveau de l'accès à la justice, du droit de la famille et du droit des êtres animaux.

Marie de Santis
 
Nos bénévoles
ben1.jpg
Inaara Haydari
 

Graduée de l’Université de Montréal en 2021 avec un baccalauréat en droit, Inaara Haydari est présentement inscrite à l’École du Barreau du Québec. Elle est co-fondatrice du journal indépendant L’Activiste qui vise à donner une voix aux groupes marginaux. Sa grande passion pour la littérature la pousse vers la recherche et le milieu académique. Ayant découvert un intérêt marqué pour le crime organisé, la délinquance chez les jeunes et les victimes d’agression sexuelle lors de son baccalauréat en droit, elle espère que la Clinique pourra la diriger dans ses futures études et implications parascolaires.

bene2.jpg
Leïla Rondeau
 

Leïla Rondeau est étudiante de deuxième année au baccalauréat en droit à l’Université de Montréal, où elle a également complété au préalable une année au baccalauréat en criminologie. Elle a développé un fort intérêt pour le droit criminel et pénal ainsi que pour la victimologie lors de ses études en criminologie, ce qui l’a amenée à s’impliquer dans la création de la Clinique juridique pour les victimes d’actes criminels. Elle est également bénévole au sein de la fondation Femina qui vient en aide financièrement à plus d’une quarantaine de maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale au Québec.

bene3.jpg
Florence Veillette
 

Florence Veillette est étudiante à l'Université de Montréal. Après avoir complété une année au baccalauréat en criminologie, elle a développé un intérêt particulier pour la victimologie, discipline à laquelle elle a été initiée dans le cadre d’un cours de Mme Jo-Anne Wemmers. Elle poursuit présentement ses études au baccalauréat en psychologie et s’implique parallèlement dans la Clinique juridique pour les victimes d’actes criminels, dans l'optique de contribuer à l’aide offerte aux victimes.